Découvertes

Film

Le film : De la peur à la Joie  nous amène à réfléchir sur notre rapport au monde.

 Avec la participation de plusieurs penseurs, chercheurs, auteurs, conférenciers

Réalisé par KeïKo  et Asokka avec l’Aide de Yann Deva soutenu par l’AMSHA

 https://www.youtube.com/c/amshafr


Lectures

Livre de Frédérique Lenoir

Dans le livre La puissance de la joie aux éditions Fayard, Frédéric Lenoir,  propose  un double chemin:

«Un chemin de déliaison c’est à dire se délier de tout ce qui n’est pas -même pour être soi-même et un chemin de relaison: se relier aux autres de manière juste en avançant sur les chemins de déliaison et  de la reliaison on réveille la puissance de la joie. Lorsque notre coeur est plus ouvert et davantage dans l’amour, la joie grandit de manière extraordinaire. ….»


Citations

Tiré du  MAGASINE  VIVRE  de janvier-février 2016 /  www.magasinevivre.com

– « Je crois vraiment qu’il faut redevenir comme des petits enfants. Redécouvrir l’émerveillement, l’enchantement, la joie de vivre.  » Frédéric Lenoir

« Si vous cherchez la Joie ailleurs que dans l’instant présent, ne cherchez plus ,vous ne la trouverez jamais. La Joie est…vous. Où êtes-vous? » Pierre Ciussi

–  « En vivant pleinement mes émotions, je vais être au coeur de mes sensations, je vais m’habiter pleinement »  Pierre Ciussi

– « Tchouang-tseu prétend que l’expérience fondamentale de la joie, c’est l’expérience de la flexibilité. Il nous conseille d’accompagner le flux de la vie sans vouloir forcer ou contrôler les choses. »  Frédéric Lenoir

De  Frédéric Lenoir

 « Il y a dans l’essence même de la vie et de l’être une joie profonde. La joie est là et il nous faut apprendre à la voir, à l’accueillir, à la laisser émerger. C’est parce qu’on aura goûté à cette joie, ne serait-ce que de manière fugace, que l’on s’engagera dans la quête du vrai, du bien, du beau. Et c’est parce qu’on y goûtera de plus en plus que cette quête de sagesse ne cessera de grandir. De la même manière que c’est parce qu’on aura goûté à l’amour que l’on apprendra à aimer, c’est parce qu’on aura goûté à la béatitude, nous dit Spinoza, que l’on souhaitera progresser dans la vertu. C’est la joie qui mène au renoncement et non l’inverse. »  Tiré du Petit traité de vie intérieur de Frédéric Lenoir